Covid-19 : des râtés dans le dépistage du virus

Le docteur Andrew Kaufman, ancien instructeur en hématologie et en oncologie à la Faculté de médecine de Caroline du Sud fait une analyse critique des événements qui ont mené les autorités chinoises à déclarer qu’il s’agissait du virus covid-19. Il nous montre les défaillances du test et ce qu’est selon lui le covid-19. (la vidéo est en anglais à la fin de cet article).

Dans l’image mise en avant, on voit le marché de Wuhan tel qu’il était quand les premiers cas de covid-19 sont apparus.

On peut voir une poule vivante sur des légumes, une bassine qui contient des grenouilles vivantes (sans doute terrorisées), le marchand qui est en train de découper une grenouille vivante au milieu des viscères d’autres grenouilles déjà massacrées et une bassine vide avec du sang, qui traîne à côté.

Devant des conditions sanitaires si déplorables, lorsque les gens du marché sont tombés malades, il aurait été plutôt normal de s’interroger d’abord sur un éventuel empoisonnement alimentaire sans oublier la grande pollution de l’air en Chine qui cause de nombreux sérieux problèmes respiratoires. Mais pas du tout, sans aucune preuve de quoi que ce soit, les autorités chinoises ont décidé que la cause de la maladie était un virus.

D’après les symptômes et d’autres critères comme la fièvre, une diminution des lymphocytes et globules blancs, du fluide qui apparaît dans les poumons et pas d’amélioration après trois jours d’antibiotiques, il a été déterminé qu’il s’agissait d’un virus provoquant une pneumonie. Toutes les personnes hospitalisées ont été en contact avec ce marché aux « poissons ».

Comment ont-ils prouvé qu’il s’agissait d’un virus?

Parmi les quelques 200 personnes malades, ils ont sélectionné juste 7 patients et à l’aide d’une caméra qu’ils ont introduite dans les poumons, ils ont pratiqué une biopsie.

Ils ont ainsi récupéré du fluide broncho-alvéolaire comprenant des débris, des cellules, des produits chimiques et du sang.

Quand ils ont récupéré ce fluide des poumons, ils n’ont pas essayé de trouver un virus et de l’isoler et de le purifier. Ce qu’ils ont fait, c’est juste identifier du matériel génétique ARN.

Le problème, c’est que dans le corps et à n’importe quel moment, il est NORMAL de trouver du matériel génétique qui se balade dans le sang, les fluides et les cellules.

Par exemple, il est normal de trouver à l’intérieur des cellules des vésicules qui contiennent du matériel génétique et il est aussi normal de trouver à l’intérieur des poumons des bactéries qui contiennent du matériel génétique.

Donc l’ARN qu’ils ont trouvé peut provenir de différentes sources et parce qu’ils n’ont pas isolé le virus, l’ARN qu’ils ont trouvé peut provenir de n’importe quoi y compris de quelque chose de normal.

Ils ont ensuite codé ce matériel génétique qu’ils ont appelé virus covid-19 et ils ont rapidement développé un test de détection pour ce code.

Donc avant d’avoir prouvé l’existence d’un virus ou d’autre chose, les chinois ont mis en place un test !

Pourquoi n’ont-ils pas purifié le virus en premier lieu?

Comment peuvent-ils savoir à quoi correspond le matériel génétique qu’ils ont séquencé?

Deuxièmement, le test qu’ils ont utilisé pour trouver ce matériel génétique est le même qu’on utilise non pas pour trouver un virus mais pour détecter le cancer des poumons !

Maintenant, examinons le test en lui même .

Il s’agit du RT-PCR test.

RT = revert transcription (transcription inverse) et PCR = polymérase chain reaction.

RT est utilisé pour amplifier l’ARN plutôt que l’ADN et cette séquence d’ARN peut être présente dans un virus mais aussi dans beaucoup d’autres structures.

Parce que le virus covid-19 n’a pas été purifié, isolé et visualisé, il n’y a pas de référence standard (étalon or) contre laquelle on peut tester les hypothétiques cas de covid-19 et prouver que la personne est atteinte de covid-19.

Ceci est très GRAVE parce que d’une part, on ne sait pas si le virus existe puisque jamais isolé et visualisé et d’autre part, on teste les gens pour du matériel génétique sans savoir à quoi il correspond d’autant plus qu’il est normal d’en avoir dans son corps !!!!

Il en résulte plus de 80% de faux cas positifs et on ne veut pas être mis en quarantaine pour une maladie qu’on n’a pas. 4 fois sur 5 les tests sont positifs et il n’y a pas de maladie !

Il y a un autre problème avec ce test.

Le PCR test correspond juste à un grossissement.

Le PCR sélectionne une séquence génétique et la grossit énormément. Il peut trouver l’équivalent d’une aiguille dans une motte de foin et grossir cette aiguille jusqu’à ce qu’elle devienne énorme. Comme l’amplification est exponentielle, la moindre erreur dans les mesures et la moindre contamination peuvent aboutir à un résultat faux. La moindre erreur peut aboutir à des faux cas positifs et c’est ce qu’on a pu constater.

Les exosomes : que sont-ils?

Les exosomes sont quelque chose qui se produit naturellement dans le corps.

Dans la cellule normale grise en haut à droite, il y a des vésicules à l’intérieur qui se forment et qui contiennent des exosomes. Sous certaines circonstances, ces vésicules viennent fusionner avec la membrane de la cellule et libèrent ces exosomes dans le fluide extracellulaire et circulent dans tout le corps.

Il y a plusieurs phénomènes qui peuvent déclencher et accélérer la formation, la libération et l’augmentation du nombre d’exosomes. Ces exosomes ont à leur surface des petits carrés qui fonctionnent comme une serrure et lorsque les exosomes sont libérés dans le système circulatoire, ils recherchent la bonne clé qui va s’adapter à leur serrure et c’est la cellule cible. C’est ainsi que les cellules vont communiquer entre elles et c’est comme cela que les différentes parties du corps communiquent entre elles.

On peut voir au microscope sur l’image de gauche, les exosomes qui sont libérés de la cellule.

Et sur l’image de droite ce qui est supposé être le virus covid-19 et qu’est-ce que nous remarquons?

Les exosomes et le covid-19 sont la même chose. Les mêmes petits sacs avec les points tout autour de leur surface.

Dans l’image ci-dessus à gauche, nous voyons les exosomes avant d’être libérés de la cellule et sur l’image de droite le covid-19 à l’intérieur de la cellule. Ils sont parfaitement identiques.

Continuons la comparaison :

Nous pouvons constater que les exosomes et le covid-19 ont la même dimension à l’intérieur de la cellule mais aussi à l’extérieur de celle-ci.

Ils contiennent tous les deux du matériel génétique uniquement sous la forme d’ARN et non pas d’ADN.

Ils ont exactement le même récepteur ACE-2.

Et on les trouve tous les deux dans les fluides des poumons.

Au plus on compare les exosomes au covid-19, au plus on trouve la même chose.

Et des professeurs de renom comme James Hildreth en sont venus à la même conclusion que le docteur Andrew Kaufman, à savoir que :

Le virus est dans son intégralité et dans tous les sens du terme un exosome

Qu’est-ce qui déclenche la formation de ces exosomes ?

Des produits toxiques

Le stress, la peur

Le cancer

Une infection

Une blessure

Une réponse immunitaire

L’asthme

Les maladies

Les radiations électromagnétiques mais il n’y a pas d’étude pour la 5G

Deuxième méthode utilisée pour trouver le covid-19

Ils ont repris du fluide des poumons d’un patient malade à l’aide d’une biopsie.

Là encore, ils n’ont ni isolé, ni purifié le virus du fluide recueilli. Au contraire, ils ont mélangé le fluide à des cellules cancéreuses récupérées sur un patient qui avait été opéré du cancer des poumons.

Ils ont incubé le fluide du patient supposé avoir le covid-19 avec les cellules cancéreuses du poumon de l’autre patient.

Mais comme, on a vu plus haut, les cellules cancéreuses du poumon fabriquent des exosomes.

On peut donc se demander si ce qu’ils voient au microscope sont des virus ou plutôt des exosomes?

A gauche, il s’agit de virus et à droite il s’agit d’exosomes. Trouvez-vous une différence?

La fonction des exosomes

En haut à droite en vert foncé, il s’agit de bactéries et les petits points violets sont les toxines rejetées par ces bactéries. Si les toxines parvenaient à atteindre la cellule en vert en bas à gauche, elles l’attaqueraient en faisant des trous à la surface de la membrane et la cellule mourrait.

Dans cette expérimentation, ils ont mis dans une boîte de pétri, une cellule qui libérait des exosomes en jaune avec des bactéries qui libéraient des toxines et ils se sont aperçus que les exosomes venaient manger les toxines, ce qui permettait à la cellule de rester en vie.

Cette expérimentation montre clairement que les exosomes permettent d’éliminer les toxines.

pourquoi certains traitements marchent-ils?

L’hydroxychloroquine

Ce médicament libère des enzymes lysosomales dans les compartiments de la cellule et dans son cytoplasme. Les lysosomes sont la poubelle de la cellule. Ces enzymes pourraient endommager la cellule mais des études ont montré que si la cellule a été envahie par des substances toxiques, les enzymes lysosomales de l’hydroxychloroquine détruisent les poisons et la cellule peut survivre.

La vitamine C

Quand on est exposé à quelque chose de toxique, les toxines provoquent ce qu’on appelle du stress oxidatif ou encore des radicaux libres. Ces radicaux libres font des réactions en chaînes en cassant successivement les molécules qu’ils rencontrent et les cellules ne peuvent plus fonctionner.

La vitamine C stoppe tout de suite ce processus de réaction en chaîne.

Conclusions

Il n’y a pas de pandémie puisque le nombre de décès est beaucoup moins important que celui d’une grippe saisonnière

Cependant, il y a un certain nombre de personnes qui tombent malades ce qui veut dire qu’il y a quelque chose qui cause un dommage et en réaction à cela, il y a production d’exosomes.

Quand on teste ce supposé virus, on ne teste que la présence d’exosomes qui confirment qu’il y a une exposition à quelque chose de toxique.

La 5G provoque des radiations électromagnétiques extrêmement nocives qui déclenchent l’apparition de maladies et endommagent l’ADN des cellules.


Il y a d’abord exposition à quelque chose de toxique, ce qui provoque la maladie, ce qui stimule les cellules du malade à déclencher en grand nombre la formation et la libération d’exosomes parce qu’ils vont envoyer des signaux importants au corps sur comment prendre en charge le problème et aspirer et digérer ces produits toxiques de sorte qu’ils soient évacués du corps sans plus faire de mal et ainsi, le patient retrouve la santé.

Le covid-19 est en réalité un exosome. Ce n’est pas un virus qui vient de l’extérieur et qui envahit le corps. Il est formé à l’intérieur des cellules de manière naturelle et sa production augmente quand on tombe malade pour éliminer les toxines. Il est le résultat de la maladie et non sa cause.

Anomalie du test

Quand les gens passent le test, ils ne sont pas testés positifs pour la présence du virus mais pour la présence de matériel génétique que le corps produit de manière naturelle d’où le nombre très important de faux cas positifs. De plus, il ne prend pas en compte la charge de matériel génétique qui pourrait vous différencier d’un sujet sain, puisque quand vous êtes malade, vous fabriquez plus d’exosomes. C’est par conséquent un test qui n’est pas approprié pour rechercher un virus ou une quelconque infection. D’ailleurs, l’inventeur de ce test, le biochimiste Kary Mullis (prix nobel) avait mis en garde que ce test ne devait pas être utilisé pour dépister un virus car il n’était pas fait pour ça.

C’est malheureusement ce test qui a été utilisé pour dépister le virus du sida et comme le covid-19, il n’a jamais été purifié, isolé et visualisé. Le professeur Luc Montagnier n’a trouvé que du matériel génétique ARN qui ne prouve rien et des millions de vies ont été détruites car comme pour le Covid-19, il y a eu pleins de faux cas positifs et les gens testés positifs ont cru qu’ils étaient séropositifs et qu’ils avaient le sida alors que la grande majorité n’avait rien!

On ne sait toujours pas si le virus existe et s’il est la cause du sida. Autrement dit, on ne sait pas ce qui déclenche la maladie mais on sait maintenant que tous ces gens qui sont morts du sida, ont en fait été empoisonnés par le traitement à l’AZT : un puissant toxique !

Le professeur Kary Mullis a demandé à Luc Montagnier si le VIH était la cause du sida et ce dernier a esquivé la question. Il ne lui a jamais répondu, ni le professeur Gallo, ni aucun autre scientifique. Personne ne sait!

Le questionnement du virus

Quand les cellules sont toxiques, elles libèrent des exosomes pour éliminer cette toxicité et ces exosomes contiennent du matériel génétique.

Ils ont pris le système naturel de défense des cellules : les exosomes et ils l’ont renommé covid-19.

Par conséquent, ils ont crée une pandémie, comme ils disent, simplement en renommant covid-19 une système naturel de défense cellulaire présent en chacun de nous et ils ont volontairement détruit l’économie mondiale et emprisonné chez eux des milliards de gens pendant plusieurs semaines pour un fonctionnement cellulaire normal qu’ils font passer pour un virus.

Il n’y a pas de crise sanitaire puisqu’il n’y a qu’un taux de décès de 0.1% et 99% des personnes tombées malades sont guéries en 48h. C’est encore moins que la grippe saisonnière et beaucoup moins que le cancer. Pour 130 000 personnes décédées du cancer depuis le début de l’année dans le monde, l’équivalence est de 130 décès du coronavirus !

Il est clair que la pandémie du covid-19 est un mensonge de l’élite mis au point pour faire avancer son agenda politique.

Advanced Medicine
Recherches utilisées pour trouver cet articleexosome et covid 19 image identique
Posted in Non classé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *